Sign in / Join

Femme, mère et horloge biologique sous pression

Je suis le genre de femmes qui s’inquiètent de l’horloge biologique qui tourne trop vite. Non pas parce que la société me met la pression, mais parce que j’ai des rêves de maternité et l’envie de léguer les gênes de mes défunts parents.

Certaines femmes ne veulent pas d’enfants, je respecte ce choix, chacune est libre de faire ce qu’elle veut de son stock d’ovules et de décider si oui ou non son utérus devrait héberger une vie.

Moi je suis de celles qui veulent héberger, aimer, se voir déformer… qui veulent prendre le pari fou d’élever un enfant dans ce monde de dingues !

Mais l’horloge tourne… le temps passe. Entre le besoin de stabilité financière qui prime pour offrir le meilleur à cet enfant qu’on désire… et pour les idéalistes comme moi qui veulent faire les choses dans un ordre ‘’décent’’ selon les normes inculquées par leur famille … il faut trouver le bon père, il faut qu’il vous passe l’anneau, pour ensuite penser bébé… Et ce processus peut tarder, voir ne jamais arriver… et pendant qu’on se prépare à faire les choses bien ; à tout avoir avant de concevoir et bien  on perd des ovules, parfois deux ou trois dans le même mois… on perd des chances et le stock est limité.

Il y a bientôt un an on m’a diagnostiqué des kystes aux ovaires. J’ai commencé un traitement, tous les jours, matin et soir il faut avaler un médicament. Un jour mon gygy m’a dit : «  Ah il faut faire vite tu vas faire tes enfants ! »

La bonne blague ! La douce pression ! Ces enfants je les désire ! Mais ais-je les moyens ?  Le bon père ? L’époux ? NON NON NON et pourtant le temps passe et à chaque fois que mère nature me gratifie de mes règles je prie que des ovules, il m’en reste le moment où je serai prête et surtout que mon corps collabore à ce moment là. Parce que c’est tout un processus. Et si certaines sont supers fertiles et n’ont aucun soucis, pour d’autre devenir mère est un combat.

Ceci est un partage pour toutes les femmes qui rêvent de maternité et qui ne peuvent pas pour de multiples raisons surtout à cause de la santé ! Je prie que vous puissiez connaitre cette joie un jour.

Je salue toutes les femmes qui ont essuyé fauches couches sur fauches couches avant d’entendre les pleurs de leur bébé. Je suis touchée par celles qui subissent traitement sur traitement pour pouvoir juste donner la vie ! J’admire celles qui s’en foutent des règles, qui avec ou sans père ou mari décident d’être mère !

A chaque fois que vois une jeune fille de ma génération enceinte ou accoucher … je me dis «  Bah elle en a de la chance elle ! Elle a pu le faire ! » Cela semble bête ; mais porter la vie est un cadeau du ciel.

Depuis des années je suis obsédée par ce bébé que je n’ai pas. C’est un garçon, je lui ai écris des tas de mots… Je l’aime et je vis comme si je l’avais, pourtant je sais que le chemin vers lui sera périlleux… mais c’est cette difficulté qui rend mon amour pour lui inconditionnel.

J’allume une bougie dans mon cœur, elle est symbolique. Pour toutes les femmes à la recherche d’un enfant. Pour les enfants qu’elles ont perdus… pour les espoirs qu’elles nourrissent, pour les beaux témoignages de demain … pour toutes celles qui ont décidé de devenir maman malgré tout.

 

Facebook Comments